Arménie: entre Europe et Asie


Séjour sur mesure entre 9 et 17 jours

Pays d'histoire, Pays d'altitude, Pays de culture, Pays de randonnées

Vous proposer de découvrir l'Arménie, c'est vous proposer de découvrir un pan de notre histoire européenne commune. Petit pays de bienveillance et de sourire, pays montagneux du Caucase, étroit passage entre l'Europe de l'Est et l'Asie Mineure, proche des 2 mers Noire et Caspienne), l'Arménie fut traversée et marquée par de nombreuses civilisations qui lui ont transmises de grandes richesses culturelles, architecturales et humaines. Grands admirateurs de ce pays, nous vous proposons de visiter les lieux, les sites et les paysages qui nous ont le plus touchés afin de vous laisser rêver et construire avec nous votre prochain voyage..

Quand

Toute l'année selon que vous aimez les grands froids ou les fortes chaleurs des climats continentaux. Vous pouvez aussi profiter de la douceur automnale ou de la fraicheur printanière.

Ce que nous avons aimé en Arménie

Erevan, la ville rose
(en walking tour, avec et/ou sans guide)
Erevan est une ville à taille humaine qui se découvre à pied, une ville coup de coeur ! Idéal pour flâner, pour s'attarder et découvrir mille petits détails. Très aérée, vous y trouverez de nombreux parcs et jardins, des bancs, des fontaines, des terrasses de café, des étals de fleuristes. Mais Erevan c'est aussi plus de 2500 ans d'Histoire, le Mont Ararat, symbole de la ville et visible par temps clair, la Mosquée bleue de l'époque ottoman, des fresques, vieux passages voutés.... Les références françaises ne manquent pas comme la place Charles Aznavour ou les nombreuses boulangeries. Le marché aux puces est à voir , il donne un bel aperçu de l'artisanat arménien, reflet des nombreuses influences culturelles du pays. De même le Gum Market , lieu incontournable, est le marché alimentaire de fruits secs, spécialité du pays. Le jeu d’échec est le sport national. Lors de son élection, le Président de la République devient automatiquement le président de la fédération arménienne d'échecs. Ainsi, parmi les nombreux parcs où vous pourrez vous oxygéner; vous trouverez des tables de jeux pour tenter une petite partie. Le monument emblématique d'Erevan est un très long escalier bordé de cascades. A son pied une belle promenade où le sculpteur Botero a laissé quelques œuvres, en haut, un des plus beaux panoramiques de la ville avec vue sur le Mont Ararat (situé en Turquie). Erevan est aussi la gardienne de l'histoire contemporaine du génocide arménien quand les 2/3 de la population ont été exterminés par l'armée turque en 1919 . l'entrée du Tsitsernakaberd (mémorial) est gratuite et vous trouverez les explications en français. L'architecture est très marquée par les différentes civilisations qui se sont installées en Arménie: les Ottomans, les Nums, les Turcs...La partie soviétique étant la plus récente et la plus impressionnante par son ampleur. Pour terminer votre découverte d'Erevan, ne soyez pas rebutés par le nom peu attractif d'un lieu étonnant, Matenadaran, le musée du manuscrit. Nous ne saurions trop vous conseiller sa visite, vous y trouverez l'inestimable travail de transmission du savoir réalisé par des moines du Moyen Age et la visite guidée est passionnante.
Autours d'Erevan
Le volcan Aragats: il est possible de se garer au bord du lac Kari est d’emprunter l'un des nombreux sentiers qui sillonnent le volcan. La présence d'une vieille usine désaffectée, ne suffit pas à gâcher la splendeur des montagnes qui la surplombent.
La forteresse d'Amberd:sur la route vers le lac Kari , il est possible de faire une halte sur le site du marz d'Aragatsotn constitué d'une forteresse et de l'église de Vahramashen. La forteresse, construite au 7ème siècle sur un piton rocheux, faisait partie au Moyen Âge d'un système défensif contrôlant la plaine de l'Ararat. C'est un des rares témoignages de l'architecture militaire arménienne de cette époque.
Le monastère Gegharde: construit au fond d'un cirque montagneux, le site abrite plusieurs églises et des tombes, pour la plupart troglodytes, datant du Moyen Age. Cet ensemble de médiéval situé au milieu des escarpements, à l'entrée de la Vallée de l'Azat, s'intègre à un paysage d'une grande beauté naturelle. Les falaises abruptes qui l'entourent lui confèrent un caractère sauvage, les clochers et les murs se fondant dans le décor de rochers sculptés et creusés.
Le temple de Garni:l'un des rares temples grecs encore debout en Arménie ; Construit en l'an 77 de notre ère, dédié à la divinité Mithra, il constitue un témoignage précieux sur les rites religieux de cette époque. A Garni, la nature n'est pas en reste. Les concrétions naturelles observables dans la Gorge de Garni sont réellement impressionnantes : parfaitement droites et régulières, elles forment des tuyaux aux couleurs changeantes qui leur valent le nom d'orchestre symphonique minéral.
.
La forêt de Khosrov .juste à côté de Garni, se trouve l'une des entrées de la réserve d’État de la forêt de Khosrov. A découvrir à pied ou à cheval. La végétation s'efface parfois pour faire place à l’œuvre de l'homme. C'est le cas de la forteresse de Kaqavaberd, dont les remparts médiévaux apparaissent sur un piton rocheux, derrière un rideau d'arbres ; le monastère de Havuts Tar est également situé dans l'enceinte de la réserve et peut parfois être visité.
La Cathédrale d'Etchmiadzin: premier édifice religieux construit sur le sol arménien en 303 de notre ère, elle tient une place importante dans le patrimoine historique national. Sublime architecture et peintures murales.
Le site de Zvartnonts: ruines datées du 6ème et du 10ème siècle, il a fallu attendre des fouilles faites au début du 20ème siècle pour redécouvrir la splendeur de cet endroit de culte. Les chapiteaux de colonnes magnifiquement ornés sont alors apparus aux yeux de tous, de même que des morceaux d'arcades et des fondations permettant d'imaginer une cathédrale autrefois immense et ronde, construite sur plusieurs étages.
Dans le Sud de l'Armenie
La route vers le Sud offre paradoxalement de superbes paysages et des visions surprenantes d'un monde révolu. Le minéral fini par laisser la place à la couverture végétale où les carcasses de voitures rouillées et usines abandonnées, ultimes traces d'une époque disparue se font de plus en plus rares.
La cascade de Shaki: les grands paysages fluviaux étant des sujets "phares" de nos voyages, nous ne pouvons pas aborder l’Arménie sans présenter la cascade de Shaki. Avec ses 18 m de chute, elle est surtout impressionnante pour sa largeur de 40 m et la puissance qu'elle dégage. Lovée au milieu de la chaîne de montagne Zangezue, elle est notre coup de cœur !
Le monastère de Khor Virappermet d'admirer une vue unique sur le mont Ararat et ses neiges éternelles, lieu mythique, symbole de la fondation de l'Arménie. En effet, il abrite le puit dans lequel fut enfermé pendant 12 ans Saint Grégoire l'illuminateur. Lorsqu'il en sortit, ce fut pour guérir le roi qui l'y avait fait enfermé, et qui, reconnaissant, adopta alors le christianisme en tant que religion d’État. Le monastère de Khor Virap offre une promenade très agréable, permettant de se plonger dans l'histoire arménienne.
Le monastére de Noravenk est remarquable par son architecture unique, son importance historique et son cadre naturel. Situé dans les gorges de la rivière d’Amaghou, l'ensemble du site est fortifié. Constitué de deux églises, une chapelle et de plusieurs khachkars (pierres à croix), c'est encore un bel exemple où nature et architecture ont su s'harmoniser.
Le col de Sélim et son caravansérail: Cet itinéraire ancien, longtemps fréquenté par des marchands voyageant à dos de mulets et de chameaux, reliait les pays du Caucase et de la Russie au monde arabo-persan. Le caravansérail, situé juste au sud du sommet du col, construit en 1332, était une étape pour les caravanes, sur la route de la soie. Des inscriptions en langue persane et arménienne sont encore visibles, gravées à l'entrée de l'édifice qui a été restauré.
La ville de Goris :Visite intéressante pour admirer "les cheminées de fées" volcaniques dans lesquelles sont construites des maisons troglodytes datant du Moyen-âge.
La ville deTatev : Petit village connu pour son monastère construit à flanc de falaise et son téléphérique de 5,7 km de long pour y accéder (il est recommandé de réserver ses billets à l'avance). Une fois encore vous ne pourrez pas échapper à la magnificence des paysages arméniens. Ils résonneront en vous, vous donnant l'impression étrange de les avoir toujours connus. Il est certain que la présence des monuments religieux , érigés en parfaite harmonie avec les sites naturels qui les accueillent, subliment tous les paysages.
Le cimetière de Noradouz : en bordure du lac Sevan; le site présente des monuments de l'Âge du bronze et du fer. Il s'agit de l'un des plus grands cimetière de Khatchkars. L’art des croix de pierre arméniennes figure sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco. Elles incarnent la nature divine du Christ en un arbre de vie. Les « pierre à croix », sont des stèles commémoratives où votives, de forme rectangulaire, arrondies ou non souvent accompagnées d'un décor ornemental sculpté.
Le Lac Sevan, la mer d'altitude de l'Arménie
  • 1900 m d'altitude
  • 1400km² d'eau douce
  • 5% du territoire arménien
  • Le lac Sevan, véritable perle bleue des hautes montagnes, est l'enjeu environnemental de l'Arménie
    " Le lac Sevan a réveillé en moi de vieux souvenirs, je me suis revue au bord d'un des grands lacs de Gironde prélevant, étudiant, cherchant à préserver cette nature oh combien fragile. Le lac Sevan est une merveille environnementale qui mérite toute notre attention et tous nos efforts pour préserver son éco-système et pour qu'il reste un lieu de ressourcement et de bien-être pour les hommes". Anne-Juliette (collaboratrice VDA/VDE)
    Le Lac est l'une des plus grandes et plus anciennes retenues d'eau douce de hautes montagnes au monde. Ces caractéristiques lui confèrent une biodiversité floristique et faunistique remarquable et endémique (truite salmo ishchan).
    Il est la principale source d'eau potable de la région, situé au cœur des hautes terres arméniennes à une altitude de 1914 mètres. Une seule rivière provient du lac - la rivière Hrazdan (affluent de l’Araks), avec 28 rivières qui y affluent. Le gouvernement et les scientifiques arméniens sont très préoccupés par le maintien du niveau des eaux du lac qui baissent lentement en raison des prélèvements de l'agriculture intensive.
    Le lac Sevan est également un lieu d'histoire marqué par le Moyen-âge comme en témoignent le monastère de Sevanavank et le cimetière de Noradouz..
    Le Nord de l'Arménie
    La région de Diligan : proche de la frontière géorgienne, nichée dans son écrin de verdure ; Diligan, et sa région nous offrent la douceur de ses paysages naturels et urbains. Les montagnes, aux climats plus cléments, se révèlent au gré des chemins de randonnées tandis que les petites rues pavées de la vieille ville sont une succession réussie d'architecture, de restaurants et d'échoppes d'artisanat traditionnel. Le parc naturel national est une destination à privilégier pour tous les amoureux de treks naturalistes. Les sentiers balisés qui suivent les côteaux à l'ombre des grands arbres sont un vrai plaisir pour le regard. L'un d'entre eux permet d'atteindre le lac de Parz, pour une petite pause bien-être au bord de l'eau. Pour les férus d'Histoire, rendez-vous aux monastères de Haghartsin et Goshavank. Le premier est réputé pour ses multiples églises aux voûtes monumentales et son célèbre arbre creux. Le second doit sa renommée à ses clochers coniques et la finesse des détails sculptés dans ses parois et ses Khatchkar.
    Le Canyon de Debed : Un sublime panorama. Comme tout canyon qui se respecte, Debed offre des parois vertigineuses, de majestueux à pic...Ce qui est le plus surprenant ; ce sont ces petits villages bâtis là où la nature a bien voulu leur accorder un peu d'espace. Les rivières ont structuré le paysage qui a fini par se couvrir de forêt. Nature sauvage d'une très grande beauté, il y règne un micro-climat qui a permis une végétation dense. En été, les rares prairies se couvrent de fleurs dans les vallées, apportant de belles touches de couleurs dans cet univers minéral et boisé.
    Odzum : Cette communauté rurale abrite un site architectural datant vraisemblablement des (5ème et 8ème siècles. Implantée sur un plateau du canyon de Debed, l'église d'Odzun, en fore de croix fut édifiée au VIIIème siècle. Elle plait par sa simplicité mais aussi pour son imposante présence. La sobriété des murs met en valeur le clocher et les toits de briques. A quelques mètres, un autre monument s'élève, du moins ce qu'il en reste, unique en Arménie. C'est un monument funéraire qui accueille 2 stèles verticales finement sculptées, enchâssées dans des arcades reposant sur un socle à degrés.
    Alavendi: Comme souvent en Arménie, les visiteurs conservent peu de souvenirs de cette ancienne ville minière très marquée par le soviétisme. Ici pas de grands bâtiments qui ont traversés les siècles et qui nous envoûtent par leur histoire et leur légende, juste un grand complexe usinier qui se défait lentement, abandonné par les hommes suite à sa fermeture en 2018, faute de pouvoir le mettre aux normes environnementales. Alavendi et son histoire nous sont familières, elles nous confrontent à nos propres souvenirs de bassins houillers ou sidérurgiques fermés et laissés à la rouille et au temps. A l'époque, les raisons de leurs disparitions n'étaient pas environnementales, et pourtant... Mais, Alavendi, c'est aussi le funiculaire qui permet de rejoindre les monastères de Sanahin et de Haghpat. Pendant l'ascension, nous pouvons jouir d'une vue plongeante sur la ville et les paysages montagneux environnants.
    Le monastère de Sanahin : L'église principale de Sanahin qui est dédiée au saint Sauveur, a été construite sur l'initiative de la reine arménienne Khosrovanouch, entre les années 967 et 970. L'église comprend quatre chapelles latérales.
    Le monastère a rejoint celui de Haghpat en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, tous deux sous le numéro car « ce bien est d'une valeur universelle exceptionnelle et constitue un exemple remarquable de l'architecture religieuse qui s'est développée en Arménie du 10ème au 13ème siècles ». Le bâtiment du 10ème siècle nécessite d'être rénové mais reste d'une très grande beauté avec un ambiance digne du "Roman de la rose".

    Le monastère de Haghpat : beaucoup plus traditionnel jouit d'une très jolie vue.
    Ces deux monastères constituèrent un grand centre intellectuel de l'Arménie de 1759 à 1795.
    Une petite randonnée de 3h permet de les visiter en toute tranquillité et de profiter des paysages.
    //]]>